Absolument Contemporain est un groupe de recherche en art contemporain fondé par quatre doctorantes en Histoire de l’Art de l’université Paris 1.

Ce groupe est destiné principalement à l’organisation d’un séminaire doctoral consacré à l’étude de problématiques actuelles de l’art contemporain des XXème et XXIème siècles. D’autres activités s’ajouteront parallèlement à ce séminaire.

Si Absolument Contemporain s’adresse essentiellement à des doctorants, les jeunes chercheurs ou étudiants de Master 2 souhaitant s’impliquer dans la vie de la recherche en art contemporain sont également les bienvenus.

Ce site est destiné à diffuser les actualités du groupe et de ses activités. Vous pouvez également nous retrouver sur notre page Facebook et sur notre compte Twitter (@Abs_Cont). Bienvenue.

Viviana-BirolliViviana Birolli mène une thèse sous la direction de Philippe Dagen (Paris 1, HICSA) et de Philippe Roussin (EHESS, CRAL) : Quelque chose à déclarer? Le manifeste artistique, des avant-gardes à nos jours. Elle est l’auteure de deux recueils d’écrits d’artistes (consacrés à l’école de New York et aux notes sur l’art primitif de Tristan Tzara) et d’une anthologie de manifestes futuristes (Manifesti del futurismo, Milan, Abscondita, 2008). Par la suite, elle a approfondi ce sujet à l’occasion d’un mémoire de Master 2 sous la direction de Philippe Roussin : Le manifeste d’avant-garde : un objet sémiotique complexe. Étude à partir d’un cas spécifique : le manifeste futuriste (2009).
Elle a co-dirigé (avec Mette Tjell) “MANIFESTE/S”, numéro thématique de la revue Etudes Littéraires (44,3, Université de Laval, Québec, 2014).

Elle est co-fondatrice et membre du comité scientifique de la base de données des manifestes artistiques Manart, programme de recherche associé au LabexCap.

Elle préside l’association pour la tutelle et la promotion de l’œuvre du peintre italien Renato Birolli (1905-1959), dont elle gère aussi les archives numériques. Elle travaille par ailleurs comme journaliste d’art (pour, entre autres, Flash Art) et commissaire d’exposition indépendant (Temps Étrangers, Mains d’Œuvres, 2012 ; The Floating Admiral, Palais de Tokyo, saison Nouvelles Vagues, 2013 – avec le collectif cartel de kunst ; La Griffe du Chat, Musée des Beaux-Arts de Dole et différents lieux dans la ville, 2014).

——————

Anna Halter est docteure en Histoire de l’art contemporain de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne. Préparée sous la direction de Philippe Dagen, sa thèse de doctorat s’intéresse à la façon dont les ouvrages français consacrés à l’art moderne dans les années d’entre-deux guerres ont contribué à véhiculer nombre de présupposés relatifs à l’appartenance identitaire des artistes contemporains, en façonnant de la sorte une histoire de l’art moderne dominée par le spectre des identités nationales. Intitulée “Nationaliser ou exclure. La construction et la réception critique de la notion d’art moderne dans la France de l’entre-deux guerres : une affaire d’identité(s)” cette thèse s’inscrit dans la continuité d’autres recherches scientifiques consacrés à des critiques d’art et historiens de l’art tels qu’André Salmon, Élie Faure, Bernard Dorival, ainsi qu’aux revues d’art françaises de la première moitié du XXe siècle.

Également diplômée de l’Université de Rennes 2 (2011) et de l’École du Louvre (2012), elle poursuit son cursus à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne entre 2013 et 2020 et réalise un premier mémoire de recherche consacré au critique d’art André Salmon (“De l’héritage symboliste à la naissance de l’art moderne, essai de caractérisation de sa critique d’art”) et un second sur la revue d’avant-garde “Montjoie! Une revue d’avant-garde entre modernisme et traditionalisme” réalisés sous la direction de Philippe Dagen.  

Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche de 2018 à 2020 au sein du département d’histoire de l’art de l’Université Paris 1, elle participe également comme collaboratrice scientifique au projet de « Bibliographies en ligne de critiques d’art francophones », programme de recherche du LabexCap, conduit sous la responsabilité scientifique de Catherine Méneux et Marie Gispert (HICSA-Paris1).

——————

photo HJHélène Joyeux est docteure en Histoire de l’art de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Philippe Dagen intitulée “Un certain esprit de collection : les collectionneurs d’art français du monde de la mode (XXe-XXIe siècle)” considère les rôles, images et discours du mécène sur la scène culturelle française 1984-2014. Ces recherches font suite à celles entamées dans le cadre de son Master 2 de recherche sur Le  ‘jeu de miroirs’ : la confrontation des récits entre mécènes et artistes. Analyse des œuvres de commande des entreprises françaises du secteur du luxe », également dirigé par Philippe Dagen.

Hélène Joyeux est également historienne de mode, elle est titulaire d’un Master 1 en Histoire de l’art (Paris 1- Panthéon-Sorbonne), portant sur John Galliano, story-teller de l’univers Dior, sous la direction de Guitemie Maldonado (cité dans Dior de Farid Chenoune, Assouline, Paris, 2007), d’un Master 2 en Gestion des Métiers du luxe, de la mode et de l’art (Paris 3-Panthéon Sorbonne) et d’un D.U d’Etude et de Recherche sur la Mode (Université Lumière-Lyon 2). Elle a travaillé dans la haute couture, avant d’être journaliste, coordinatrice éditoriale puis manager de projets au sein du groupe Lagardère.

Elle a été membre du GEMODE/CeaQ Sorbonne (groupe d’étude sur la mode) et du séminaire d’histoire de la mode de l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent) du CNRS.

——————

Morgane Walter a débuté un doctorat en Histoire de l’Art contemporain en 2014 à l’Université Paris 1, sous la direction de Philippe Dagen (ED 441 – HiCSA). Sa thèse porte sur la reconstruction artistique en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale, de 1945 à 1955. Il s’agit de discerner le rôle exact des principaux acteurs de cette reconstruction dans la politisation accrue de l’art au commencement de la Guerre Froide. Elle a commencé à s’intéresser à cette question au courant de son Master 1, prolongé par un travail de Master 2 intitulé Débats et théories sur l’art en Allemagne divisée, de la Capitulation aux Entretiens de Darmstadt (1945-1950) (2014).

Sous contrat doctoral, elle a été chargée de Travaux Dirigés portant sur l’art contemporain de 1960 à nos jours et sur des questions de méthodologie, à l’Université Paris 1. Elle vit actuellement à Berlin pour mener à bien ses recherches de doctorat.