Séminaire « Art en cours. Acteurs et pratiques de l’art d’aujourd’hui »

– Séance 16 décembre 2015-

Eva Barois De Caevel :

 » Le commissariat d’exposition comme format de recherche »

Commissaire d’exposition et chercheuse, Eva Barois De Caevel développe une double approche pratique et théorique de l’art contemporain au travers de projets internationaux qu’elle mène pour des institutions et en tant qu’indépendante.

7675cf8a-edb0-403e-876a-48a06bca8d06En s’appuyant sur ses projets de recherche et d’exposition récents, Eva Barois De Caevel questionnera les nombreuses articulations qui, dans sa pratique, lient choix de commissariat d’exposition et activités de recherche théorique et critique autour d’une série de thèmes porteurs : études postcoloniales, approches géopolitiques, investigation des enjeux et des récits de la représentation du corps féminin et exotique, ainsi que de la réception occidentale d’un art non-occidental, notamment africain.

À propos d’Eva Barois de Caevel :

Diplômée du master professionnel de formation aux pratiques curatoriales de l’Université Paris Sorbonne IV, Eva Barois De Caevel (1989, Arras) a été la lauréate de l’Independent Vision Curatorial Award 2014. Elle est actuellement commissaire assistante, basée à Paris, du centre d’art et de recherche RAW Material Company, à Dakar.

Parmi ses projets récents : « Streamlines », Deichtorhallen, Hambourg (2015-2016) ; « Body Talk », Frac Lorraine, Lund Konsthall et WIELS (2015) ; « Seule contre l’Univert », Bétonsalon, Paris (2015-2016) ; « SWAB Gate », SWAB, Barcelone (2015) ; « The Floating Admiral », Palais de Tokyo (2014) ; « Who Said It Was Simple », RAW Material Company, Dakar (2013-2014) ; « Temps Étrangers », Main d’Œuvres, Saint-Ouen (2013).

 Eva Barois De Caevel développe en parallèle une activité de recherche qui l’a amenée à intervenir, entre autres, au FRAC Basse-Normandie, à l’Université Paris Diderot Paris 7, à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, à la Fondation d’entreprise Galeries Lafayette à Paris.

 

Veuillez trouver ici le programme complet des séances 2015-2016.

Séminaire « Art en cours »

Fondatrices de la Reserve: Claire Couture, Florence Feuardent, Marion Menardy

-Séance du Mercredi 20 janvier 2016-

Marion Menardy

« Ouvrez la Réserve ! Collections privées et intérêt général : une vision futuriste ? »

Cette nouvelle séance du séminaire « Art en cours » s’intéressera au domaine de la conservation préventive du patrimoine et accueillera à cette occasion Marion Menardy, consultante en conservation préventive et directrice de La Réserve, entreprise de gestion des collections, crée en 2015.

La conservation préventive est un domaine fort peu évoqué, en dehors des formations spécialiséeS, au sein des parcours universitaires en histoire de l’art. Elle n’en demeure pas moins indispensable à la valorisation et la préservation de notre patrimoine, grâce à un ensemble d’actions visant à prévenir des risques de dégradation et d’altération encourus par les oeuvres patrimoniales, lors de leur stockage dans les réserves, de leur transport mais également dans le cadre de leur exposition au public.

Si la conservation préventive constitue de fait un champ technique bien spécifique, le travail des préventistes contribue tout aussi fondamentalement que celui des chercheurs en histoire de l’art à la mise en valeur des biens culturels constituant notre patrimoine et ses objets d’étude. Mais dans quelle mesure les domaines de compétences des préventistes rencontrent-ils ceux des conservateurs, des chercheurs ou des commissaires d’exposition ? La mise en valeur « technique » et la mise en valeur « théorique » des objets patrimoniaux ne sont-elles pas complémentaires et indispensables ?

Lors de cette séance Marion Menardy évoquera les perspectives qu’offrent les échanges de compétences entre les préventistes et les autres acteurs participant à cette mise en valeur des œuvres d’art. La présentation de son entreprise La Réserve, dédiée à la gestion de collections, nous permettra également de comprendre comment le préventiste, en dispensant des conseils en conservation-restauration dans le cadre de collections privées, fait figure d’interlocuteur de confiance pour les collectionneurs ; ce statut privilégié ne pourrait-il pas s’avérer essentiel pour envisager de plus étroites collaborations entre les collectionneurs et les conservateurs ou les chercheurs en histoire de l’art, permettant ainsi d’offrir une plus grande visibilité à un patrimoine parfois méconnu et difficilement accessible ?

Informations pratiques :

Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, Paris 2e.

Changement de salle pour le second semestre : désormais salle Walter Benjamin ( au rez de chaussée dans la Galerie Colbert)

Pour télécharger la plaquette du programme annuel du séminaire, cliquez ici