H. Fischer, Douane artistique, in : H. Fischer, P. Restany, La Vie d’Artiste, 1971-1973

 

Journée d’étude

LA CRITIQUE D’ARTS : REGARDS CROISÉS ENTRE LA FRANCE, LA RFA ET LA RDA DANS LES ANNÉES 1960-1980

Mardi 26 septembre 2017

Galerie Colbert, Salle Vasari (1er étage)
2, rue Vivienne 75002 Paris

         Organisation : Axelle FARIAT (docteure, Université de Strasbourg, ACCRA) et Morgane WALTER (doctorante, Université Paris 1, ED441, HiCSA, Centre Marc Bloch de Berlin)

    Cette journée d’étude propose de s’intéresser au rôle de la critique d’art dans les relations interculturelles entre la France et les deux États allemands dans le contexte de la Guerre Froide. Si un certain déséquilibre dans les relations artistiques franco-allemandes existe depuis des décennies, qu’en est-il pour la période allant des années 1960 à 1980 ? Dans quelle mesure ce dernier se poursuit-il, et comment peut-il être modulé dans ce qui n’est plus un face à face mais un triangle d’interactions et de rejets, incluant la France, la RFA et la RDA ?
Mais si ce déséquilibre au détriment de l’Allemagne concerne essentiellement les arts plastiques, il pourrait être possible de le nuancer au travers d’autres disciplines artistiques. La critique des beaux arts, la critique architecturale et la critique photographique, donneront lieu à une comparaison entre les trois pays et à un questionnement sur la place de l’interdisciplinarité dans le rapport franco-allemand. La critique a-t-elle privilégié certaines disciplines dans les échanges culturels, mais aussi dans l’accentuation des divergences idéologiques ?

 

PROGRAMME

9h30 – Accueil des participants

9h45 – Introduction

10h – Discours inaugural : Eckhart GILLEN, historien de l’art et commissaire d’exposition

« Flashes of the Future: der Anteil der Künstler an der Emanzipationsbewegung der ‚68er’ zwischen 1960 und 1970 in Ost- und Westdeutschland mit einem Blick auf Frankreich »

I – Regards critiques croisés 

11h – Dr. Dorothee WIMMER (Technische Universität zu Berlin)

« Rapprochement et Guerre Froide : Yves Klein, son succès et le rôle de la critique d’art franco-allemande »

11h30 – Dr. Clara MASNATTA (ICI, Berlin)

« Une histoire de la photographie entre la France et l’Allemagne : Gisèle Freund »

12h – Discussion

12h20 – PAUSE DÉJEUNER

II – Les arts allemands vus par le prisme de la critique française

14h – Dr. Julie SISSIA (Sciences Po, Paris)

« La place de la RFA et la RDA dans les discours sur l’art contemporain en France »

14h30  – Christian SANDER (Freie Universität, Berlin)

« ‹ Les années secrètes › et ‹ l’espace dynamique › : l’œuvre de Hans Scharoun vue par Paul Virilio et Claude Parent dans la revue Aujourd’hui : art et architecture »

15h – Discussion

15h20 PAUSE CAFÉ

III – Réceptions allemandes des arts français

15h30 – Eléonore MUHIDINE (Université Rennes 2, Centre Marc Bloch, Freie Universität zu Berlin)

 « Le Paris des années 1960 vu par la critique d’architecture contemporaine des deux Allemagnes »

16h00 – Discussion et conclusion de la journée

16h30 – POT DE CLÔTURE

Appel à communications : La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980

COLLOQUE INTERNATIONAL

La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980

Berlin, Centre Marc Bloch, 16-17 juin 2017
Paris, INHA, 26-27 septembre 2017

L’ouvrage Perspectives croisées. La critique d’art franco-allemande 1870-1945, publié en 2009, met l’accent sur le déséquilibre dans les relations artistiques franco-allemandes au détriment de l’Allemagne. La France et l’Allemagne portent chacune un regard empreint de rivalités sur tous les plans. Qu’en est-il pour la période allant des années 1960 aux années 1980 ? Dans quelle mesure ce déséquilibre se poursuit-il alors, et comment peut-il être modulé dans ce qui n’est plus un face à face mais un triangle d’interactions et de rejets, incluant la France, la RFA et la RDA ? Alors que la politique culturelle française avait dominé la scène artistique de l’Allemagne occupée dans l’immédiat après-guerre, qu’en est-il dans les années suivantes ? Les relations franco-allemandes évoluent dans le contexte de la création de deux États allemands idéologiquement et culturellement antinomiques en pleine Guerre Froide. De ce fait, l’Allemagne de l’Est entretient des liens diplomatiques très ténus avec l’Allemagne de l’Ouest et avec la France jusqu’en 1973. Dès lors, quel est le rôle de la critique d’art dans ces relations interculturelles ?

Le colloque propose d’aborder la critique des arts au travers d’une approche interdisciplinaire, s’intéressant aussi bien aux beaux-arts qu’aux arts décoratifs, au cinéma, à la photographie, à l’architecture, mais aussi à la littérature, au théâtre ou encore à la danse.

Si l’idée d’un déséquilibre franco-allemand dans la réception critique concerne avant tout les arts plastiques, il serait possible de la nuancer en abordant d’autres disciplines, le théâtre et la musique allemands étant par exemple admirés des Français depuis plus d’un siècle. Il s’agit donc d’une part de poser la question de la réception de l’art français par la critique d’arts allemande et inversement, et celle de la différenciation de cette réception en fonction des champs artistiques. Ce foisonnement des critiques donnera lieu à une comparaison entre les trois pays et à un questionnement sur la place de l’interdisciplinarité dans le rapport franco-allemand. La critique a-t-elle privilégié certaines disciplines dans les transferts culturels, mais aussi dans l’accentuation des divergences idéologiques ?

D’autre part, l’étude s’inscrit à la fois dans un contexte d’« amitié franco-allemande » entre la France et la RFA, et dans celui de la division de l’Europe en deux blocs dont les deux États allemands sont le symbole. On questionnera la place laissée aux actions et démarches individuelles des critiques dans le domaine des arts et de la littérature. Des personnalités comme les critiques d’art allemands Will Grohmann ou Wilhelm Hausenstein jouent un rôle déterminant dans les relations culturelles franco-allemandes. Du côté français, citons les critiques d’art Bernard Lamarche-Vadel, Michel Ragon, Pierre Restany ou Michel Tapié. Ces derniers sont en lien avec des galeristes, écrivent dans des revues et font connaître des artistes allemands en France et des artistes français en Allemagne. On pourra enfin s’éloigner de la notion de transfert culturel et adopter une démarche comparative sur la pratique même de la critique d’art en France, en RFA et en RDA.

Les propositions pourront s’articuler autour des thématiques suivantes

  • La place de la critique dans le rapprochement franco-allemand
  • Les modes de diffusion des idées entre la France, la RFA et la RDA
  • L’évolution de la critique dans chaque discipline dans les années 1960-1980
  • Similitudes et divergences dans la critique d’arts des trois États
  • Dialogues critiques entre la France et la RDA, entre la RFA et la RDA
  • Intérêts et limites d’une comparaison interdisciplinaire appliquée à la critique

Ce colloque est ouvert aux chercheurs confirmés comme aux jeunes chercheurs. Les propositions devront comporter un titre, un résumé de 300 à 400 mots, une courte biographie précisant le rattachement institutionnel, ainsi que des mots-clefs. Elles sont à envoyer avant le 30 janvier 2017 à l’adresse électronique suivante : colloque.critique2017@gmail.com 

Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion. Les contributions pourront être adressées en français, en allemand ou en anglais. Elles se dérouleront soit à Paris, soit à Berlin en fonction des thématiques retenues pour les deux lieux. Une publication des actes est envisagée.

Comité d’organisation  

Axelle Fariat (docteur, Université de Strasbourg) et Morgane Walter (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch)

Comité scientifique

Florence Baillet (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – CEREG)
Philippe Dagen (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Axelle Fariat (Université de Strasbourg – ACCRA)
Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CHCSC)
Dorothea Schöne (Technische Universität, Berlin)
Morgane Walter (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch, Berlin)
Dorothee Wimmer (Technische Universität, Berlin)

Mots-clefs: critique, interdisciplinarité, beaux-arts, cinéma, littérature, architecture, photographie, théâtre, danse, culture, relations franco-allemandes, théorie critique, France, Allemagne, RFA, RDA, politique, mur de Berlin, Guerre Froide.

**************************************

CALL FOR PAPERS

International Colloquium
« Arts criticism: cross-perspectives between France, the FRG and the GDR in the 1960-1980’s »

Berlin, Centre Marc Bloch, June 16-17, 2017
Paris, the Institut national d’histoire de l’art (INHA), September 26-27, 2017

The book Perspectives croisées. La critique d’art franco-allemande 1870-1945 published in 2009 focuses on imbalance in the Franco-German artistic relationship to the detriment of Germany. France and Germany are both together in a complex relationship, full of rivalry in every aspect. What about the situation in the period between the 1960s and the 1980’s? How would this imbalance continue and how could it be modulated through a tripartite relationship between France, the FRG and the GDR? During the immediate postwar period was the artistic scene in occupied Germany dominated by the French cultural policy: what about the following years?

The Franco-German relations continued to evolve in the establishment of two German states ideologically and culturally opposed, during the Cold War. Consequently, East Germany had limited diplomatic relations with West Germany and France until 1973. Then, what is the role of art criticism in these cultural relations?

This colloquium is devoted to arts criticism through an interdisciplinary approach, including fine arts, as well as decorative arts, cinema, photography, architecture, literature, theatre or dance. If the idea of a French-German imbalance in critical reception mainly concerns first and foremost fine arts, this approach should be tempered by other disciplines. For instance, the French admired German theatre and music for centuries. Thus, on one hand, this is about a question of German critical reception of French art and vice versa, and of a differentiation of this reception according to several artistic fields.

This proliferation of critics will lead to a comparison between the three states and an examination of the place of interdisciplinary in the Franco-German relationship. Did the criticism favour certain disciplines in cultural transfers, but also in the heightening of ideological divergences?

Furthermore, this study must be viewed in the context of « Franco-German friendship » between France and the FRG, and the division of Europe in two blocs, symbolised by the two German states.

The place dedicated to the critics’ individual demarches and approaches in the field of arts and literature will be discussed. Leading figures like German art critics Will Grohmann or Wilhelm Hausenstein have played a crucial role in Franco-German cultural relationship. As for the French, we can also quote: Bernard Lamarche-Vadel, Michel Ragon, Pierre Restany or Michel Tapié. The latter were linked to gallerists, they wrote for reviews and introduced German artists in France and French artists in Germany.

In the end, it will finally be possible to take distance from the notion of cultural transfer and adopt a comparative approach about the practice itself of art criticism in France, the FRG and the GDR.

Submissions that develop applications of these broad themes are especially welcome:

  • The place of criticism in the Franco-German rapprochement
  • The dissemination of ideas between France, the FRG and the GDR
  • The development of criticism in each discipline in the 1960-1980’s
  • Similarities and divergences in the arts criticism of the three states
  • Critical dialogues between France and the FRG, between the two German states
  • Relevance and limits of an interdisciplinary comparison applied to criticism

Submission of papers

We invite confirmed researchers and young researchers to submit their abstracts of 300-400 words with a title and some keywords to colloque.critique2017@gmail.com no later than January 29, 2017. 

Please include a short biography (30-50 words), as well as your current institutional affiliation and contact information for consideration.

The contributions can be submitted in French, German or English.

Conference presentations are 20 minutes in length, followed by 10 minutes of discussion. In addition, it will take place either in Paris or in Berlin, regarding the topics retained. A publication is planned.

Organizing Committee

Axelle Fariat (PhD, University of Strasbourg) and Morgane Walter (PhD Student, University Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Centre Marc Bloch, Berlin).

Scientific Committee

Florence Baillet (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – CEREG)
Philippe Dagen (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Axelle Fariat (Université de Strasbourg)
Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CHCSC)
Dorothea Schöne (Technische Universität, Berlin)
Morgane Walter (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch, Berlin)
Dorothee Wimmer (Technische Universität, Berlin)

Keywords

Criticism, interdisciplinary, fine arts, cinema, literature, architecture, photography, theatre, dance, culture, Franco-German relationship, critical theory, France, Germany, FRG, GDR, politics, Berlin Wall, Cold War.

Podcast N. 7 – Séminaire “Art en cours” – Ann Stouvenel

Ann Stouvenel

Mains d’Oeuvres, lieu pour l’imagination artistique et citoyenne

Séance du 18 mai 2016

 

https://www.youtube.com/watch?v=M8oho6kJKaA

 

Historienne de l’art et commissaire d’exposition, Ann Stouvenel est co-fondatrice d’Arts en résidence (Réseau national, fédération de résidences françaises) et responsable des arts visuels à Mains d’Œuvres, lieu pour l’imagination artistique et citoyenne de Saint-Ouen.

Du modèle économique essentiellement indépendant au programme trans-disciplinaires et ouvert à un public pluriel, les logiques de fonctionnement et de programmation innovantes pensées et mises en place par Mains d’Oeuvres apparaissent d’autant plus actuelles vis-à-vis des récentes baisses des subventions dans le domaine des arts et de la culture.

La résidence d’artiste en tant qu’espace de réflexion et de création est un autre thème porteur de la séance. A partir de son expérience en tant qu’inspiratrice et coordinatrice de programmes de résidence d’artiste, Ann Stouvenel questionne aussi bien les enjeux théoriques et pratiques que l’actualité récente de ce format de création primordial pour le soutien de la scène artistique émergente.

Séminaire « Art en cours. Acteurs et pratiques de l’art d’aujourd’hui »

Séance du 18 mai 2016

Ann Stouvenel 

“Mains d’Œuvres,
lieu pour l’imagination artistique et citoyenne”

Pour sa 7ème séance, « Art en cours » invite Ann Stouvenel, responsable des arts visuels à Mains d’Œuvres.

DSC_8229

Exposition « Sortir du livre » (sept-oct 2015) par le collectif Suspended spaces. Copyright : Manon Giacone

Fondé en 1998 dans l’ancien Centre social et sportif des Usines Valeo, aux abords du Marché aux Puces, Mains d’Œuvres est un lieu pour l’imagination artistique et citoyenne dont la programmation transdisciplinaire, au croisement des arts visuels, des arts performatifs et de la musique, s’est donné pour mission de transmettre et promouvoir la création émergente sous toutes ses formes auprès d’un large public.

Pour cette nouvelle séance d’“Art en cours”, Ann Stouvenel évoquera les spécificités qui font de Mains d’Œuvres un laboratoire à part entière : son modèle économique essentiellement indépendant, l’attention particulière portée au développement d’un public pluriel, mais également une volonté de partager avec les habitants et au-delà pour concevoir ensemble la société, par la création artistique.

L’actualité des enjeux liés aux baisses des subventions dans le domaine des arts et de la culture sera l’occasion d’évoquer et de questionner avec Ann Souvenel les nouvelles logiques de fonctionnement innovantes pensées et mises en place par Mains d’Œuvres, dont la principale mission demeure le soutien de la scène artistique émergente, ses pôles de création alternatifs et sa rencontre avec les publics.

À propos d’Ann Stouvenel : historienne de l’art, commissaire d’exposition indépendante (membre de l’association C-E-A) et rattachée à des institutions, Ann Stouvenel est également coordinatrice des résidences organisées par Finis terrae au Sémaphore du Créac’h sur l’île d’Ouessant, au large de Brest, et co-fondatrice, avec Mathilde Guyon, d’Arts en résidence – Réseau national, fédération de résidences françaises.

Podcast N° 6 Pénélope Blanckaert et Barbara Jeauffroy-Mairet

Pénélope Blanckaert & Barbara Jeauffroy-Mairet

(séance du 13 avril 2016)

 

À propos :

Invitées de ce séminaire, Pénélope Blanckaert, qui dirige le département Hermès Vintage & Fashion Hermès Arts d’Artcurial, et Barbara Jeauffroy-Mairet, chargée de mission et commissaire associée au  musée Christian Dior, viendront parler de leur parcours et de leurs activités actuelles. Nos deux invitées reviennent notamment sur l’importance des collaborations entre musées et marques de luxe ainsi que sur la valorisation économique des vêtements vintage qui nourrissent aujourd’hui les fonds muséaux, les conservatoires des entreprises du secteur ou les collections privées.