Journée d’étude « Les idées reçues en histoire de l’art contemporain, des années 30 à aujourd’hui « 

JEUDI 8 JUIN 2017 – INHA, Paris 2 rue Vivienne

9h-18 Salle Vasari (entrée libre)

Journée d’étude organisée par Anna Halter et Hélène Joyeux doctorantes en histoire de l’art contemporain de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne

9h : Accueil des invités

9h15 : Discours introductif

9h30 : Enjeux politiques et idéologiques en histoire de l’art : des récits de pouvoirs et les pouvoirs du récit

• Nadine Atallah (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : « N’y a-t-il vraiment pas eu de grandes artistes femmes? Stratégies pour la lecture et l’écriture d’une histoire de l’art féministe en Égypte (1950-1970) »

• Elena Sidorova (IEP de Paris) : « The Public Diplomacy Function of American Pop Art»

• Julie Lageyre (Université Bordeaux – Montaigne) : « 1938 : Une reconnaissance de la modernité britannique en France ? »

10h45 : Questions

11h : Pause café

             11h30 : Le regard de l’histoire de l’art : Une réception critique conditionnée par le medium ?

• Camille Nagel (Université de Poitiers) : « Réception du champ élargi du dessin contemporain par les institutions »

• Patrick Peccatte (EHESS) : « Roy Lichtenstein, les comics, et le clivage art majeur / art mineur – la force d’un préjugé »

• Chaima Ben Haj Ali (Université Paris X – Paris Ouest Nanterre) : « Le graffiti, une histoire plurielle ? »

13h : Questions
13h15 : Pause déjeuner

               14h : L’interdisciplinarité et ses enjeux méthodologiques : champ et contrechamp de l’histoire de l’art

• Vanessa Noizet (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : « Le ‘‘bricolage’’ de Gaston Chaissac : sac de noeuds scientifique ou concept efficient ? »

• Juliette Bessette (Paris IV – Centre André Chastel) : « John McHale, un illustre inconnu »

• Christelle Nicolas (Université d’Artois) : « Faire avec l’espace : l’espace comme terrain, matériau, moyen et sujet de l’oeuvre d’art contemporaine »

15h45 : Questions

                   16h : La place du récit personnel dans l’histoire de l’art : l’artiste et le mécène à l’époque contemporaine

• Isabella Seniuta (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : «L’artiste et son mécène : Portraits croisés du collectionneur
Sam Wagstaff et du photographe Robert Mapplethorpe »

• Hélène Joyeux (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) : « Yves Saint Laurent – Andy Warhol : le jeu de miroirs et la construction d’une icône »

17h : Questions
17h30 : Conclusion

Télécharger le programme

Regarder le podcast de la journée d’étude 

 

Appel à communications : La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980

COLLOQUE INTERNATIONAL

La critique d’arts : regards croisés entre la France, la RFA et la RDA dans les années 1960-1980

Berlin, Centre Marc Bloch, 16-17 juin 2017
Paris, INHA, 26-27 septembre 2017

L’ouvrage Perspectives croisées. La critique d’art franco-allemande 1870-1945, publié en 2009, met l’accent sur le déséquilibre dans les relations artistiques franco-allemandes au détriment de l’Allemagne. La France et l’Allemagne portent chacune un regard empreint de rivalités sur tous les plans. Qu’en est-il pour la période allant des années 1960 aux années 1980 ? Dans quelle mesure ce déséquilibre se poursuit-il alors, et comment peut-il être modulé dans ce qui n’est plus un face à face mais un triangle d’interactions et de rejets, incluant la France, la RFA et la RDA ? Alors que la politique culturelle française avait dominé la scène artistique de l’Allemagne occupée dans l’immédiat après-guerre, qu’en est-il dans les années suivantes ? Les relations franco-allemandes évoluent dans le contexte de la création de deux États allemands idéologiquement et culturellement antinomiques en pleine Guerre Froide. De ce fait, l’Allemagne de l’Est entretient des liens diplomatiques très ténus avec l’Allemagne de l’Ouest et avec la France jusqu’en 1973. Dès lors, quel est le rôle de la critique d’art dans ces relations interculturelles ?

Le colloque propose d’aborder la critique des arts au travers d’une approche interdisciplinaire, s’intéressant aussi bien aux beaux-arts qu’aux arts décoratifs, au cinéma, à la photographie, à l’architecture, mais aussi à la littérature, au théâtre ou encore à la danse.

Si l’idée d’un déséquilibre franco-allemand dans la réception critique concerne avant tout les arts plastiques, il serait possible de la nuancer en abordant d’autres disciplines, le théâtre et la musique allemands étant par exemple admirés des Français depuis plus d’un siècle. Il s’agit donc d’une part de poser la question de la réception de l’art français par la critique d’arts allemande et inversement, et celle de la différenciation de cette réception en fonction des champs artistiques. Ce foisonnement des critiques donnera lieu à une comparaison entre les trois pays et à un questionnement sur la place de l’interdisciplinarité dans le rapport franco-allemand. La critique a-t-elle privilégié certaines disciplines dans les transferts culturels, mais aussi dans l’accentuation des divergences idéologiques ?

D’autre part, l’étude s’inscrit à la fois dans un contexte d’« amitié franco-allemande » entre la France et la RFA, et dans celui de la division de l’Europe en deux blocs dont les deux États allemands sont le symbole. On questionnera la place laissée aux actions et démarches individuelles des critiques dans le domaine des arts et de la littérature. Des personnalités comme les critiques d’art allemands Will Grohmann ou Wilhelm Hausenstein jouent un rôle déterminant dans les relations culturelles franco-allemandes. Du côté français, citons les critiques d’art Bernard Lamarche-Vadel, Michel Ragon, Pierre Restany ou Michel Tapié. Ces derniers sont en lien avec des galeristes, écrivent dans des revues et font connaître des artistes allemands en France et des artistes français en Allemagne. On pourra enfin s’éloigner de la notion de transfert culturel et adopter une démarche comparative sur la pratique même de la critique d’art en France, en RFA et en RDA.

Les propositions pourront s’articuler autour des thématiques suivantes

  • La place de la critique dans le rapprochement franco-allemand
  • Les modes de diffusion des idées entre la France, la RFA et la RDA
  • L’évolution de la critique dans chaque discipline dans les années 1960-1980
  • Similitudes et divergences dans la critique d’arts des trois États
  • Dialogues critiques entre la France et la RDA, entre la RFA et la RDA
  • Intérêts et limites d’une comparaison interdisciplinaire appliquée à la critique

Ce colloque est ouvert aux chercheurs confirmés comme aux jeunes chercheurs. Les propositions devront comporter un titre, un résumé de 300 à 400 mots, une courte biographie précisant le rattachement institutionnel, ainsi que des mots-clefs. Elles sont à envoyer avant le 30 janvier 2017 à l’adresse électronique suivante : colloque.critique2017@gmail.com 

Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion. Les contributions pourront être adressées en français, en allemand ou en anglais. Elles se dérouleront soit à Paris, soit à Berlin en fonction des thématiques retenues pour les deux lieux. Une publication des actes est envisagée.

Comité d’organisation  

Axelle Fariat (docteur, Université de Strasbourg) et Morgane Walter (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch)

Comité scientifique

Florence Baillet (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – CEREG)
Philippe Dagen (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Axelle Fariat (Université de Strasbourg – ACCRA)
Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CHCSC)
Dorothea Schöne (Technische Universität, Berlin)
Morgane Walter (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch, Berlin)
Dorothee Wimmer (Technische Universität, Berlin)

Mots-clefs: critique, interdisciplinarité, beaux-arts, cinéma, littérature, architecture, photographie, théâtre, danse, culture, relations franco-allemandes, théorie critique, France, Allemagne, RFA, RDA, politique, mur de Berlin, Guerre Froide.

**************************************

CALL FOR PAPERS

International Colloquium
« Arts criticism: cross-perspectives between France, the FRG and the GDR in the 1960-1980’s »

Berlin, Centre Marc Bloch, June 16-17, 2017
Paris, the Institut national d’histoire de l’art (INHA), September 26-27, 2017

The book Perspectives croisées. La critique d’art franco-allemande 1870-1945 published in 2009 focuses on imbalance in the Franco-German artistic relationship to the detriment of Germany. France and Germany are both together in a complex relationship, full of rivalry in every aspect. What about the situation in the period between the 1960s and the 1980’s? How would this imbalance continue and how could it be modulated through a tripartite relationship between France, the FRG and the GDR? During the immediate postwar period was the artistic scene in occupied Germany dominated by the French cultural policy: what about the following years?

The Franco-German relations continued to evolve in the establishment of two German states ideologically and culturally opposed, during the Cold War. Consequently, East Germany had limited diplomatic relations with West Germany and France until 1973. Then, what is the role of art criticism in these cultural relations?

This colloquium is devoted to arts criticism through an interdisciplinary approach, including fine arts, as well as decorative arts, cinema, photography, architecture, literature, theatre or dance. If the idea of a French-German imbalance in critical reception mainly concerns first and foremost fine arts, this approach should be tempered by other disciplines. For instance, the French admired German theatre and music for centuries. Thus, on one hand, this is about a question of German critical reception of French art and vice versa, and of a differentiation of this reception according to several artistic fields.

This proliferation of critics will lead to a comparison between the three states and an examination of the place of interdisciplinary in the Franco-German relationship. Did the criticism favour certain disciplines in cultural transfers, but also in the heightening of ideological divergences?

Furthermore, this study must be viewed in the context of « Franco-German friendship » between France and the FRG, and the division of Europe in two blocs, symbolised by the two German states.

The place dedicated to the critics’ individual demarches and approaches in the field of arts and literature will be discussed. Leading figures like German art critics Will Grohmann or Wilhelm Hausenstein have played a crucial role in Franco-German cultural relationship. As for the French, we can also quote: Bernard Lamarche-Vadel, Michel Ragon, Pierre Restany or Michel Tapié. The latter were linked to gallerists, they wrote for reviews and introduced German artists in France and French artists in Germany.

In the end, it will finally be possible to take distance from the notion of cultural transfer and adopt a comparative approach about the practice itself of art criticism in France, the FRG and the GDR.

Submissions that develop applications of these broad themes are especially welcome:

  • The place of criticism in the Franco-German rapprochement
  • The dissemination of ideas between France, the FRG and the GDR
  • The development of criticism in each discipline in the 1960-1980’s
  • Similarities and divergences in the arts criticism of the three states
  • Critical dialogues between France and the FRG, between the two German states
  • Relevance and limits of an interdisciplinary comparison applied to criticism

Submission of papers

We invite confirmed researchers and young researchers to submit their abstracts of 300-400 words with a title and some keywords to colloque.critique2017@gmail.com no later than January 29, 2017. 

Please include a short biography (30-50 words), as well as your current institutional affiliation and contact information for consideration.

The contributions can be submitted in French, German or English.

Conference presentations are 20 minutes in length, followed by 10 minutes of discussion. In addition, it will take place either in Paris or in Berlin, regarding the topics retained. A publication is planned.

Organizing Committee

Axelle Fariat (PhD, University of Strasbourg) and Morgane Walter (PhD Student, University Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Centre Marc Bloch, Berlin).

Scientific Committee

Florence Baillet (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle – CEREG)
Philippe Dagen (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Axelle Fariat (Université de Strasbourg)
Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA)
Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – CHCSC)
Dorothea Schöne (Technische Universität, Berlin)
Morgane Walter (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Centre Marc Bloch, Berlin)
Dorothee Wimmer (Technische Universität, Berlin)

Keywords

Criticism, interdisciplinary, fine arts, cinema, literature, architecture, photography, theatre, dance, culture, Franco-German relationship, critical theory, France, Germany, FRG, GDR, politics, Berlin Wall, Cold War.

« L’art est éternel et les artistes sont des génies ! » : Les idées reçues en histoire de l’art contemporain, des années 30 à aujourd’hui

salvador-dali-famous-introverted-people-biography

Appel à communication :
Journée d’étude, 8 juin 2017 à l’Institut National d’Histoire de l’art
___

« L’art est éternel et les artistes sont des génies ! » : Les idées reçues en histoire de l’art contemporain, des années 30 à aujourd’hui

À l’instar des autres disciplines affiliées au champ des sciences humaines et sociales, l’histoire de l’art, n’est pas exempte d’idées reçues car elle n’est pas imperméable à la société dont elle fait partie. Elle possède par ailleurs ses propres prismes idéologiques qui, parfois, constituent un frein à l’exploration de certains sujets. Bien que le rôle du chercheur soit précisément de savoir se situer par rapport aux phénomènes qu’il étudie, à la juste distance qui lui permet de l’analyser, il ne peut être objectif. Son rôle est précisément de ne jamais prendre pour acquis ce que les idées et analyses que ses prédécesseurs lui ont transmis ni ce que ses contemporains en disent, et savoir remettre en question ce qu’il croit savoir de son sujet.
Le discours de certaines institutions muséales et culturelles, des critiques, mais aussi des ouvrages ou travaux de recherche de référence au sein de l’histoire de l’art, entérinent certaines idées qui, parce qu’elles ne sont pas argumentées, ne sont que des opinions. Or, elles nuisent à l’étude des courants, des artistes comme du milieu de l’art et créent des récits tronqués, qui aboutissent à une histoire de l’art aux pages manquantes.

Afin de repenser ces récits et de proposer des analyses novatrices, beaucoup de doctorants s’attachent aujourd’hui à concevoir leurs objets d’étude en adoptant une posture interdisciplinaire, dans le but de s’approprier de nouveaux angles d’approche et d’élargir les perspectives de leur domaine de recherche. Parmi les travaux actuels portant sur l’histoire de l’art des XXe et XXIe siècles, certains tendent à apporter de nouveaux éléments de réponse, à construire de nouvelles formes de récits, en interrogeant d’autres domaines des sciences humaines et sociales tels que l’économie, le droit, la sociologie, l’histoire et les sciences politiques.
Cette interdisciplinarité, prônée par les différentes instances de la recherche universitaire, s’avère pourtant fort complexe à mettre en pratique du fait du degré de maitrise du sujet et de connaissance que cela exige, de l’absence d’outils méthodologiques et en particulier le manque d’offres de formation pour les doctorants. L’interdisciplinarité est donc une ambition souvent périlleuse : une audace jugée trop grande peut être sanctionnée par ces mêmes instances qui incite pourtant à cette démarche.
Ces différents problèmes s’illustrent particulièrement dans l’histoire de l’art du XXème et XXIème siècles. Parce que le XXème siècle a été traversé par de grands courants idéologiques, que l’art y a été engagé politiquement, par le biais des artistes, des critiques ou des institutions et parce que l’art du XXIème siècle, l’art d’aujourd’hui, n’échappe pas aux mutations sociétales ni aux questionnements qui en découlent. L’absence de recul temporel ne doit pas empêcher la tentative de compréhension de l’histoire de l’art contemporain, car dans le champ de la recherche, la prise de risque est une nécessité intellectuelle.

L’enjeu de cette journée d’études est donc d’inviter les doctorants et docteurs en histoire de l’art à faire une proposition articulant leur sujet avec des questionnements portant sur leur pratique de la recherche, incluant des problématiques relatives à l’interdisciplinarité et aux contraintes d’ordre idéologique, théorique ou encore méthodologique rencontrées dans leurs travaux.
Les travaux devront porter sur une période comprise entre les années trente et aujourd’hui. La sélection des interventions privilégiera une représentation équilibrée des différentes périodes de cette chronologie. Les travaux d’analyse comparée entre deux périodes sont également les bienvenus.

Cette journée d’étude se propose d’explorer (sans pour autant s’y limiter) les pistes suivantes :

L’histoire de l’art et ses prismes idéologiques
1) Genèse et enjeux contemporains des récits identitaires en l’histoire de l’art
2) Nationalités, origines et genres : les discours orientés de l’histoire de l’art sur les artistes et leur possible déconstruction
3) Engagement et désengagement des institutions de l’art : l’empreinte idéologique des politiques culturelles dans le champ de l’histoire de l’art
4) La compétition internationale au sein des institutions muséales : enjeux politiques, enjeux artistiques

L’art et l’argent : enjeux idéologiques d’hier et d’aujourd’hui
1) Galeristes, collectionneurs et mécènes : « héros » d’hier, « infréquentables » d’aujourd’hui?
2) Art contemporain et spéculation : raccourcis, idéologie et réalité

Travaux de recherche et enjeux méthodologiques :
1)Formations interdisciplinaires et enseignements méthodologiques en histoire de l’art : quelles perspectives aujourd’hui ?
2) L’injonction du recul historique : les difficultés de traiter de l’art actuel en l’histoire de l’art
3) Quels obstacles lorsque l’on choisit des sujets de recherche dans des domaines peu traités ? Histoire de la mode, du tatouage, du graffiti pour citer quelques exemples.

Les propositions de communication (une page maximum), peuvent être écrites en français ou en anglais et sont à adresser avant le 15 janvier 2017 à : absolument.contemporain@gmail.com

Une publication des interventions est envisagée.

Cette journée d’études est organisée par Anna Halter et Hélène Joyeux, doctorantes en histoire de l’art, sous la direction de Philippe Dagen (Paris 1/Laboratoire HiCSA).
Anne Halter et Hélène Joyeux sont membres et co-fondatrices du groupe de recherche Absolument Contemporain et co-organisatrices du séminaire « Art en cours : acteurs et pratiques de l’art d’aujourd’hui » en 2015 – 2016.

Pour plus d’information :
https://www.facebook.com/absolumentcontemporain/
http://abscont.hypotheses.org/

Workshop to be held on the 8th of June 2017
INHA (Institut national d’histoire de l’art), Paris
___
“Art lasts forever and artists are geniuses!” :
Generally accepted ideas in contemporary art history, from the 30s to the present day.

Like many other disciplines related to the area of humanities and social sciences that are constructed under the strong influence of society, art history is not free from generally accepted ideas. What is more, art history bears its own ideological prisms that could limit the exploration of certain subjects. Although a researcher needs to be able to analyse phenomena through studying at an adequate research distance, total objectivity is difficult to achieve. Therefore, the focus of researchers should be on not taking for granted the ideas and analyses shared by their predecessors, and calling into question the assumptions of their contemporaries about their field of study.
The discourse of museum and cultural institutions, art criticism, as well as art history reference books or research studies, endorse some ideas that – for lack of background and argumentation – could be considered as mere opinions. This lack of argumentation sometimes leads to preconceived ideas or truncated stories, resulting in a history of art with “missing pages.”

In order to rethink these stories and to offer innovative analysis, many PhD students care about developing their research studies using an interdisciplinary methodology, with the aim of cultivating and appropriating multi-faceted approaches for their work, as well as widening the scope of their research area. Amongst the current works about art history during the 20th and 21st centuries, mention may be made of those that tend to provide new elements for answers and to create new art narratives, by raising questions about other fields of humanities and social sciences such as economics, law, social studies, history, or political sciences.
However, the interdisciplinary approach advocated by the various authorities of academic research turns out to be quite complex to implement, because of the level of skills and knowledge it requires. The absence of necessary methodological tools and the lack of training courses for doctorate students are potentially excluding young researchers from some fields of art history research. Consequently, this interdisciplinary approach could turn into a tricky endeavor: being too bold a researcher might earn disapproval from the same academic authorities that encourage boldness.
Art history of the 20th and the 21st centuries in particular illustrate these different issues. The 20th century has seen many different ideological currents where art was used by artists, art critics, but also institutions as a vehicle for political engagement. Furthermore, since contemporary art is not immune to societal changes or to the questioning resulting therefrom, attempts at understanding it shouldn’t be hindered by the lack of time perspective. Therefore, when it comes to research, risk-taking should be an intellectual requirement.

During this one-day event, we will welcome PhD students and post-PhD researchers in art history whose work on the deconstruction of generally accepted ideas about art and art history contributes to writing the “missing pages” previously mentioned. Through their academic experience, they will highlight the complexity involved when trying to implement the advocated interdisciplinary approach to their research.
Communications should focus on the historical period from the 30s to the present day. For the purpose of a thorough presentation, our choices will favor a balanced representation of the different periods in the selected chronology. Comparative analysis between these two periods and works dealing with a non-Western art history are also most welcome.
We invite participants to submit communication proposals by articulating their subject through investigations relating to their research practice. This should include, among other things, the issue of interdisciplinary research and the ideological, academic or methodological limitations experienced during doctorate studies.

The workshop will seek to explore mainly, but not exclusively, the following points:

History of art and ideological prisms
1) Origin and contemporary issues of identity narratives in art history
2) Nationalities, origins and genders : biased discourse of art history on artists, and its possible deconstruction
3) Engagement and/or disengagement of art institutions: the ideological influence of cultural policies on art history
4) International competition within cultural institutions: political challenges, artistic issuesHistory of art and ideological prisms

Art and money: ideological issues of today and yesterday
1) Gallery owners, art collectors and art patrons: « heroes » of the past, today’s “untouchables”?
2) Contemporary art and speculation: shortcuts, ideology and reality

Research studies and methodological issues
1)Interdisciplinary courses and methodological teaching in art history: prospects for the future?
2) The requirement for historical perspective: the challenges of dealing with contemporary art in art history
3) Obstacles encountered when choosing research subjects on fields thinly explored: the history of fashion, of tattoo art or of graffiti to cite but a few examples.

Anna Halter and Hélène Joyeux are members and co-founders of the research group Absolument Contemporain and co-organizers of the seminar « Art en cours: acteurs et pratiques de l’art d’aujourd’hui » in 2015/2016.

Contact :
https://www.facebook.com/absolumentcontemporain/
absolument.contemporain@gmail.com

Absolument Contemporain se donne pour objectif d’organiser des événements liés à l’activité de recherche que connaissent et vivent au quotidien les doctorants en art contemporain.

Cet objectif premier donne lieu à l’organisation d’un séminaire doctoral qui débutera à l’année universitaire 2015-2016, intitulé « Art en cours ».

Il existe également la possibilité, pour tout-e étudiant-e intéressé-e, de proposer des critiques d’expositions, des comptes-rendus de conférences ou des recensions qui seront publiées sur ce site, après validation par le comité de lecture d’Absolument Contemporain.


Comité de lecture :

Viviana BIROLLI
Anna HALTER
Hélène JOYEUX
Morgane WALTER